Ҿ˹˹ѧ
PDF
ePub

ENCYCLOPÉDIE

THÉOLOGIQUE,

OU DEUXIÈME

SÉRIE DE DICTIONNAIRES SUR TOUTES LES PARTIES DE LA SCIENCE RELIGIEUSE,

OTTNANT, EN FRANÇAIS ET PAR ORDRB ALPHABÉTIQUB,
LA PLUS CLAIRE, LA PLCS FACILE, LA PLUS COMMODE, LA PLUS VARIÉE

ET LA PLUS COMPLETE DES THÉOLOGIES.
CES DICTIONNAIRES SONT, POUR LA DEUXIÈME SÉRIE, CEUX :

DE BIOGRAPDJE CIRÉTIENNE ET ANTI-CHRÉTIENNE , DES PERSÉCUTIONS,
D'ÉLOQUENCE CHRÉTIENNE, DE LITTÉRATURE id., — DE BOTANIQUE id., - DE STATISTIQUE id.,-
D'ANECDOTES id., -D'ARCHÉOLOGIE id., - D'ÉRALDIQUE id., DE 200LOGIE, DE MÉDECINE PRATIQUE,
DES CROISADES, DES ERREURS SOCIALES , DE PATROLOGIE,

DES PROPHÉTIES ET DES MIRACLES,
DES DÉCRETS DES CONGRÉGATIONS ROMAINES, DES INDULGENCES,

D'AGRI-SILVI-VITI-IIORTICULTURE,
- DE NUSIQUE id., — D'ÉPIGRAPHJE id., DE NUMISMATIQUE id.,

AU CATHOLICISNE, D'ÉDUCATION, - DES INVENTIONS ET DÉCOUVERTES, — D'ETHNOGRAPHIE,
DES APOLOGISTES INVOLONTAIRES, DES NANUSCRITS,-D'ANTHROPOLOGIE, DES MYSTÈRES, DES MERVEILLES,

D'ASCÉTISME, DE PALÉOGRAPHIE, DE CRIPTOGRAPILIE, DE DACTYLOLOGIE ,
D'HÉROGLYPHJE , DE STÉNOGRAPHIE ET DE TÉLÉGRAPHIE, DE COSMOGONIE ET DE PALÉONTOLOGIE ,
DE L'ART DE VÉRIFIER LES DATES, – DES CONFRÉRIES ET CORPORATIONS,

ET D'APOLOGÉTIQUE CATHOLIQUE.
Publication sans laquelle on ne saurait parler, lire et écrire utilement, n'importe dans quelle situation de la vie.

- DES CONVERSIONS

PUBLIÉE

PAR M. L'ABBÉ MIGNE,
EDITION DE LA BIBLIOTBÈQUB UNIVERIBLLB DO CLBROT,

OU

DES CODAI COMPLETS SUR CHAQUE BRANCHE DE LA SCIENCE ECCLÉSIASTIQUE.
PRIX : 6 FR. LE VOL., POUR LE SOUSCRIPTEUR A LA COLLECTION ENTIÈRE, OU A 50 VOLUMES CHOISIS DANS LES TRONS
Encyclopédies, 7 FR., ET MÊME 8 FR. POUR LE SOUSCRIPTEUR A TEL OU TEL DICTIONNAIRE PARTICULIER.

DEUXIÈME SÉRIE.
53 VOLUMES, PRIX : 318 FRANCS.

[ocr errors][merged small]

DICTIONNAIRE DE PLAIN-CHANT ET DE MUSIQUE RELIGIEUSE.

TOME UNIQUE.

PRIX : 8 FRANCS.

S'IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE , ÉDITEUR,
AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D'AMBOISE, 20, AU PETIT-MONTROUGE,

AUTREFOIS BARRIÈRE D'ENFER DE PARIS, MAINTENANT DANS PARIS.

[blocks in formation]

LITURGIQUE, HISTORIQUE ET THÉORIQUE

DE

PLAIN-CHANT

ET DE MUSIQUE RELIGIEUSE,

AU MOYEN AGE ET DANS LES TEMPS MODERNES,

RESUMANT :

TOUT CE QUI A ÉTÉ ÉCRIT SUR LE CHANT LITURGIQUE, AU POINT DE VUE ARCHÉOLOGIQUE, PHLLOSOPHIQUE ET PRATIQUE, SUR LA NAISSANCE, LES PROGRÈS ET LA DÉCADENCE DU PLAIN-CHANT;

TRAITANT :

DE LA TONALITÉ, DE LA COMPOSITION MUSICALE ET DE LA NOTATION, DE LA FACTURE DES ORGUES,

DE LEUR USAGE DANS LES ÉGLISES, DE LA TERMINOLOGIE DE LA MUSIQUE ET DE TOUT CE QUI TOUCHE AU CHANT LITURGIQUE, DEPUIS L'ORIGINE DU CHRISTIANISME JUSQU'A NOS JOURS.

PAR M. JOSEPII D'ORTIQUL.

PUBLIE

PAR M, L'ABBÉ MIGNE,
ÉDITEUR DE LA BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE DU CLERGĖ,

OU DES COURS COMPLETI SUR CHAQUE BRANCHE DE LA SCIENCE ECCLÉSIASTIQUE.

Revertimini vos ad fontem sancti Gregorii, quia manifeste corrupistis cantilenam ecclesiasticam.

(Caroli Magni Vila per Monacbum Engolismensem.)

TOME UNIQUE.

ET

PRIX : 8 FRANCS.

S'IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE, EDITEUR, AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D'AMBOISE, 20, AU PETIT-MONTROUGE,

AUTREFOIS BARRIÈRE D'ENFER DE PARIS, MAINTENANT DANS PARIS,

[merged small][ocr errors]

I.

OBJET ET PLAN DE CE LIVRE,

M. Fétis a dit, il y a environ vingt-cinq ans : a ll est désirable qu'un dictionnaire analy. lique et historique de la musique soit entrepris par un musicien littérateur pourvu des qualités et de l'instruction nécessaires. MM. Perne et Choron me paraissent dignes de satisfaire à ce souhait par l'étendue de leurs connaissances. Un pareil livre serait une espèce d'encyclopédie musicale, où toutes les questions serairnt traitées à fond et accompagnées de documents nécessaires ; ce serait peut-être l'ouvrage le plus utile qu'on pourrait entreprendre (a). »

Nous commençons par déclarer que nous n'avons eu nullement la prétention de remplir le programme tracé par le célèbre critique : notre plan n'est pas le même; on nous demandait, non un Dictionnaire de musique, mais un Dictionnaire de plain-chant et de musique religieuse, et le fardeau était déjà bien lourd pour nous. Il est vrai qu'il nous élait difficile de laisser de côté un grand nombre de questions qui se rattachent à la science du moyen age, et de nous interdire également quelques excursions dans le domaine de la musique profane, puisqu'une foule de notions sont communes à l'art religieux et à l'art mondain.

Malgré cela, nous reconnaissons que le dictionnaire pour lequel M. Fétis faisait appel à Choron et à Perne, qui sont morts sans l'avoir entrepris, reste encore à faire, et nous formons le veu que M. Fétis lui-même, le musicien vraiment encyclopédique de notre époque, consacré à cette ceuvre une partie des loisirs de sa longue et laborieuse carrière.

Tel qu'il est, nous ne faisons aucune difficulté d'en convenir, notre travail était au-dessus de nos forces. Nous ne l'eussions jamais entrepris, si nous eussions prévu d'avance à quels découragements, à quelles incertitudes, aridités et angoisses nous devions nous attendre : tribulations d'esprit auprès desquelles la peine matérielle n'est rien. Et il est fort heureus qu'il en soit ainsi. Il est fort heureux, lorsqu'un auteur a conçu l'idée d'une cuvre utile et sérieuse, et qu'en dehors de toute pensée «le spéculation matérielle, il se propose de la mettre en lumière; il est fort heureux, disons-nous, que la Providence lui fasse la grâce de lui dérober la connaissance du fardeau de la gestation et des douleurs de l'enfantement. S'il pouvait seulement soupçonner la dixième partie des tourments auxquels il se condamne, le plus déterminé reculerait bien vite.

Nous avons donc commencé notre tâche, sans trop savoir ce que nous entreprenions; nous l'avons poursuivie par la force des engagements; puis enfin nous y avons pris goût et nous l'avons menée à terme avec un attrait et une pensée de dévouement qui nous ont fait sinon surmonter, du moins aborder courageusement les difficultés les plus rebutantes. Ce n'est pas que nous nous fassions illusion sur les imperfections de rolre travail. Nous les connaissons mieux que personne, ou plutôt, nous en avons la conscience à tel point que nous ne serons ni surpris, ni même trop affligé lorsqu'on nous signalera des oublis, des lacunes, des erreurs graves, et, ce qu'il y a de moins pardonnable, des contradictions.

(a) Curiosités de la Musique, Paris, 1831, p. 164; mais l'article d'où ces paroles sont tirées avait paru auparavant dans la Revue musicale.

DictioNX. De Plain-Cuant.

« ͹˹Թõ
 »