Ҿ˹˹ѧ
PDF
ePub

nons à trouver des renseignements aussi nouveaux, aussi détaillés, aussi certains, que ceux dont nous avons pu faire usage jusqu'au point où nous en sommes arrivé, grâce aux dépêches du nonce apostolique Bentivoglio et des ambassadeurs vénitiens.

V. COUSIN.

NOUVELLES LITTÉRAIRES.

INSTITUT IMPÉRIAL DE FRANCE.

ACADÉMIE DES SCIENCES.

L'Académie des sciences a tenu, le lundi 29 décembre dernier, sa séance publique annuelle, sous la présidence de M. Duhamel.

La séance s'est ouverte par la proclamation des prix décernés pour 1862, et des sujets de prix proposés.

SCIENCES MATHÉMATIQUES.

Prix DÉCERNÉS. Grand prix de mathématiques de 1862. — L'Académie avait proposé la question suivante : « Résumer, discuter et perfectionner, en quelques points « importants, les résultals obtenus jusqu'ici sur la théorie des courbes planes du quaa trième ordre. » Ce prix n'a point été décerné; l'Académie a accordé une médaille de 2,000 francs à l'auteur du mémoire n°1, et une médaille de 1,000 francs à l'auteur du mémoire n° 2.

Prix d'astronomie, fondation Lalande. — Ce prix a été décerné à M. Clark, qui a découvert, le 31 janvier 1862, une petite étoile dans le voisinage de Sirius.

Prix de statistique, fondation Montyon. L'Académie a décerné ce prix à M. Mantellier, conseiller à la Cour d'appel d'Orléans, pour son Mémoire sur la valeur des principales denrées et marchandises qui se vendaient ou se consommaient en la ville d'Orléans, au cours des xivo, xv°, xvi', xvio et vuur siècles. Elle a accordé une

[ocr errors]
[ocr errors]

[ocr errors]

mention honorable à M. Champion, pour les quatre volumes publiés de son ouvrage sur les Inondations en France depuis le vie siècle jusqu'à nos jours.

Prix Bordin. Question mise au concours : « Déterminer par l'expérience les « causes capables d'influer sur les différences de position du foyer optique et du foyer photogénique. » L'Académie n'a point décerné le prix,

et a déclaré le concours terminé. Elle a accordé une médaille de 2,000 francs à M. Félix Teynard, de SaintMartin, près Grenoble, et une médaille de 1,000 francs à M. Carl Miersch, de Dresde.

Prix fondé par Mme la marquise de Laplace. Ce prix, consistant dans la collection complète des ouvrages de Laplace, a été remis à M. Adolphe Maitrot, , né à Paris, le 9 juillet 1841, sorti le premier de l'École Polytechnique, et entré à l'École impériale des Mines, le 1" octobre 1862.

PRIX PROPOSÉS. Grand prix de mathématiques. La question des marées, proposée pour 1856, prorogée et remise au concours de 1862, est de nouveau remise au concours pour 1865. L'énoncé de cette question est conservé ainsi : « Discuter « avec soin et comparer à la théorie les observations des marées faites dans les principaux ports de France. » Le prix consistera en une médaille d'or de la valeur de 3,000 francs. Les mémoires seront reçus jusqu'au 1er juin 1865.

Grand prix de mathématiques. Question proposée en 1862 pour 1864. « Éta« blir une théorie complète et rigoureuse de la stabilité de l'équilibre des corps « flottants,

Le prix consistera en une médaille d'or de la valeur de 3,000 francs.
Les mémoires devront être déposés avant le 1" juillet 1864.

Prix extraordinaire de six mille francs sur l'application de la vapeur à militaire. L'Académie décide qu'il y a lieu de remettre à l'année 1864 le prix fondé

par

le Ministère de la Marine. Les mémoires, plans et devis, devront être adressés au secrétariat de l'Institut avant le 1° novembre 1864. Prix Bordin. Question proposée pour 1862 et prorogée à 1864. —,

Étude d'une « question laissée au choix des concurrents et relative à la théorie des phénomènes optiques.

« En reproduisant le programme tel qu'il a été donné en 1858, l'Académie ajoute « que ce programme doit être entendu dans le sens le plus large, de manière à laisser a aux concurrents la plus grande liberté, et pour le choix du sujet et pour la manière a de le traiter.

«Le concours est ouvert à toutes les recherches, soit théoriques, soit expérimen. « tales, entreprises dans le but d'ajouter quelque chose à nos connaissances sur la « nature et les propriétés de la lumière. »

Le prix consistera en une médaille d'or de la valeur de 3,000 francs.
Les mémoires devront être remis avant le 14 juillet 1864.

Prix Bordin. Question proposée en 1862 pour 1864. – L'Académie décernera le prix Bordin, pour 1864, à l'auteur d'un travail apportant un perfectionnement notable à la théorie mécanique de la chaleur.

Le prix consistera en une médaille d'or de la valeur de 3,000 francs.
Les mémoires devront être déposés avant le 1er juillet 1864.

D

SCIENCES PHYSIQUES.

[ocr errors]

PRIX DÉCERNÉS. Grand prix des Sciences physiques de l'année 1862. — Question proposée : « Analomie comparée du système nerveux du poisson. » L'Académie n'a point décerné le prix. La question a été remise au concours de 1864; mais MM. Phi. lipeaux et Vulpian ont obtenu une somme de 1,500 francs à titre d'encouragement pour leur Mémoire intitulé : Recherches sur la détermination des parties qui constituent l'encéphale du poisson.

Sur la question des hybrides végétaux, proposée en 1860, l'Académie décerne le prix à M. Naudin, aide-naturaliste au muséum d'histoire naturelle; elle accorde une mention très-honorable à M. Godron.

Prix de physiologie expérimentale, fondation Montyon. Ce prix a été décerné à M. Balbiani pour son Mémoire sur les phénomènes sexuels des infusoires. L'Académie a accordé un second prix à MM. Chauveau et Marey pour leurs études sur la circulation cardiaque.

Prix de médecine et de chirurgie. L'Académie a décerné trois prix et trois mentions honorables aux auteurs dont les noms suivent :

A M. Cruveilhier, un prix de 2,500 francs ; à M. Lebert, un prix de 2,000 francs ; à M. Freichs, un prix de 2,000 francs ; à M. Larcher, une mention honorable avec 1,500 francs; à M. Cohn, une mention honorable avec 1,500 francs ; à MM. Dolbeau et Luys, une mention honorable avec chacun 800 francs.

Prix Alhumbert. L'Académie avait proposé, pour le concours de 1862, la question suivante : « Essayer, par des expériences bien faites, de jeter un nouveau jour sur la question des générations dites spontanées. » Ce prix a été accordé à M. Pasteur pour son Mémoire sur les corpuscules organisés qui existent dans l'atmosphère. L'auteur anonyme du Mémoire n° 8 a obtenu une mention très-honorable et une récompense de 1,000 francs.

L'Académie avait également mis au concours pour 1862: « L'Étude expérimentale des modificalions qui peuvent être déterminées dans le développement d'un animal verlébré, par l'action des agents extérieurs. » Ce prix a été pa

gé entre M. Lereboullet, doyen de la Faculté des sciences de Strasbourg, et M. Dareste, professeur suppléant à la Faculté des sciences de Lille.

Prix Bréant. L'Académie a accordé une récompense de 2,000 francs à M. Barallier pour ses recherches sur la non-identité du typhus el de la fièvre lyphoide.

Prix Jecker. Ce prix a été décerné à M. Thomas Graham pour ses recherches sur la diffusion moléculaire appliquée à l'analyse.

Prix Barbier. M. Cap a obtenu ce prix pour l'ensemble de ses travaux sur la glycérine, et en particulier pour l'emploi avanlageux qu'il a fait de cette substance dans l'art de guérir.

PRIX PROPOSÉS. Grand prix des sciences physiques. — Question proposée en 1859 pour 1862, et remise à 1864 : Anatomie comparée du système nerveux des pois

Le prix sera de la valeur de 3,000 francs. Le terme de ce concours est fixé au 1" septembre 1864.

Prix de médecine pour l'année 1864. — Question proposée : « Faire l'histoire de « la pellagre. » Ce prix sera de 5,000 francs. Les mémoires seront reçus jusqu'au Les avril 1864.

Prix de médecine et de chirurgie pour l'année 1866.- L'Académie propose comme

[ocr errors]

sujet d'un prix de médecine et de chirurgie à décerner en 1866 la question suivante : « De l'application de l'électricité à la thérapeutique. » Les concurrents devront : 1° Indiquer les appareils électriques employés; décrire leur mode d'application et leurs effets physiologiques ; 2° rassembler et discuter les faits publiés sur l'application de l'électricité au traitement des maladies, et en particulier au traitement des affections des systèmes nerveux, musculaire, vasculaire et lymphatique; vérifier et compléter par de nouvelles études les résultats de ces observations, et déterminer les cas dans lesquels il convient de recourir, soit à l'action des courants intermittents, soit à l'action des courants continus.

Le prix sera de la somme de 5,000 francs. Les ouvrages seront reçus jusqu'au 1" avril 1866.

Grand prix de chirurgie pour l'année 1866. — «Des faits nombrenx de physio« logie ont prouvé que le périoste a la faculté de produire l'os. Déjà même quelques « faits remarquables de chirurgie ont montré, sur l'homme, que des portions d'os a très-étendues ont pu être reproduites par le périoste conservé. Le moment semble « donc venu d'appeler l'attention des chirurgiens vers une grande et nouvelle « étude, qui intéresse à la fois la science et l'humanité. En conséquence, l'Acadé« mie met au concours la question de la conservation des membres par la conservation « du périoste. Les concurrents ne sauraient oublier qu'il s'agit ici d'un travail pra« tique, qu'il s'agit de l'homme, et que, par conséquent, on ne compte pas moins sur « leur respect pour l'humanité que sur leur intelligence.

« L'Académie, voulant marquer par une distinction notable, l'importance qu'elle « attache à la question proposée, a décidé que le prix serait de 10,000 francs. In« formé de celte décision, et appréciant tout ce que peut amener de bienfaits un si « grand progrès de la chirurgie, l'Empereur a fait immédiatement écrire à l'Acadé« mie qu'il doublait le prix. Le prix sera donc de 20,000 francs.

« Les pièces devront être parvenues au secrétariat de l'Iostitut avant le 1" avril 1866. « Elles devront être écrites en français. Il est essentiel que les concurrents fassent « connaître leur nom. »

Après la proclamation et l'annonce de ces divers prix, la séance s'est terminée par la lecture d'un éloge historique de M. OErsted, associé étranger , par M. Élie de Beaumont, secrétaire perpétuel.

ACADÉMIE DES BEAUX-ARTS. M. Horace Vernet, membre de l'Académie des beaux-arts, est mort à Paris le 17 janvier.

ACADÉMIE DES SCIENCES MORALES ET POLITIQUES. M. Barthe, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, est mort à Paris le 27 janvier.

LIVRES NOUVEAUX.

FRANCE. Fragments pour servir à l'histoire de la comédie antique. Épicharme, Ménandre,

Plaute; par M. Artaud, inspecteur général des études, etc. avec une préface de M. Guigniaut. Paris, imprimerie de Hennuyer, librairie de Durand, 1863, in-8° de X11-303 pages. – Les quatre premiers mémoires réunis dans ce volume étaient destinés à faire partie d'une histoire de la comédie grecque, que M. Artaud se proposait de publier. Ces études, où l'on retrouve toute l'érudition du traducteur de Sophocle, d'Euripide et d'Aristophane, ont pour titre : Épicharme philosophe; de la comédie mythologique d'Epicharme; la comédie de mæurs et de caractère; fragments de Menandre. Le volume se termine par une intéressante dissertation intitulée : Histoire des mæurs romaines dans Plaute.

De l'âme humaine; études de psychologie. Leçons faites à la Sorbonne (2° serie), par Charles Waddington, professeur agrégé de philosophie à la Faculté des lettres de Paris, auteur de la Psychologie d'Aristote, etc. Paris, 1862, in-8°, 111-576 pages. - L'ouvrage de M. Charles Waddington se divise en deux parties principales : l'une donnée à l'histoire de la psychologie, depuis Aristote jusqu'à nos jours ; l'autre consacrée à la discussion des systèmes antérieurs et à une théorie nouvelle des facultés de l'âme. M. Charles Waddinglon est profondément spiritualisle, et c'est à défendre cette noble cause qu'il applique tous ses efforts. Son livre est plein d'une érudition exacte, puisée directement aux sources, et c'est un résumé bien fait de toutes les doctrines émises dans le passé et de notre temps sur la grande question de l'âme. Tout en reconnaissant à l'âme humaine huit facultés, l'auteur s'atlache plus spécialement à l'analyse et à l'étude de la connaissance des passions et de la volonté; il est l'adversaire déclaré de l'animisme, et il attaque vivement cette doctrine, qui a récemment jeté quelque éclat et repris quelque force. Aussi l'ouvrage de M. Charles Waddinglon présente-t-il autant d'intérêt actuel que d'intérêt historique, et il contribuera à raffermir bien des esprits contre les fâcheuses doctrines que notre siècle a vues renaître et qui tendent à restaurer le matérialisme.

Mémoires de l'Académie des Sciences de l'Institut impérial de France. Tome XXVI. Paris, imprimerie et librairie de Firmin Didot, 1862, in-4° de lviii-928 pages, avec planches

. — Ce volume contient : 1° un éloge historique du baron Léopold de Buch, par M. Flourens, secrétaire perpétuel, suivi de la liste des ouvrages de M. de Buch; 2° un mémoire intitulé : Relation des expériences entreprises par ordre de M. le ministre des travaux publics, et sur la proposition de la commission centrale des machines à vapeur, pour déterminer les principales lois et les données numériques qui entrent dans le calcul des machines à vapeur, par M. V. Regnault.

Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, publié sous les auspices du Ministre d'État, tome III. Paris, Imprimerie impériale, 1861, in-4° de 732 pages. — Ce volume, quoique date de 1861, n'a paru que le mois dernier. Įl comprend les catalogues des manuscrits des bibliothèques de Saint-Omer, d'Épinal, de Saint-Mihiel, de Saint-Dié et de Schlestadt. Ces catalogues ont été rédigés par M. Michelant et revus, les uns par M. Taranne, les autres par M. Cocheris. Pour ce volume, comme pour les précédents, on doit de nombreuses rectifications et additions à M. J. V. Le Clerc, président de la Commission chargée de diriger cette importante publication.

La Bourgogne à l'Académie française, de 1665 à 1727, par Charles Muteau, docteur en droit. Imprimerie de Rabutot, à Dijon; librairies de Durand et de Dentu, à Paris, 1862, in-8° de 182 pages. L'auteur de ce livre a réuni dans un même cadre les noms des écrivains bourguignons des deux derniers siècles que l'Académie française a admis dans son sein : Bussy-Rabutin (1618-1693), Bossuet (1627-1704), Vallon de Mimeure (1659-1719), La Monnoye (1641-1728) et Languet de Gergy

« ͹˹Թõ
 »